13 janvier 2008

La douceur des hommes - Simonetta Greggio

Le thème de la session de janvier du Club des Théières, c'est l'Italie. C'est tout naturellement que j'ai choisi La douceur des hommes de Simonetta Greggio. Tout naturellement car ce livre était dans ma PAL depuis le mois d'avril dernier, que je ne l'avais donc toujours pas lu alors que Stéphanie l'offrait à son entourage sans modération ! (Un peu comme Le potentiel érotique de ma femme et moi !)

Constance appelle Fosca "grand-mère" pourtant aucun lien familial ne les unit. Elle se sont rencontrées par hasard à Venise et ce fut le coup de foudre !

Le roman débute avec l'enterrement de Fosca. Juste avant de mourir, Constance et elle se sont rendues en Italie. Lors de ce road-trip, Fosca va parler à Constance des hommes de sa vie. Mais elle s'arrêtera avant de lui parler du dernier. C'est seule que Constance devra chercher à en savoir plus sur ce mystérieux Samuel... et elle va décourir quelque chose à laquelle elle ne s'attendait pas !

Ce roman est un vrai moment plaisir ! Pendant ses 150 pages, on se laisse mener par l'histoire de Fosca, ses hommes, ses amours, ses blessures de femme. Puis il y a ce petit suspense qui va nous amener jusqu'à cette ultime découverte. C'est beau, touchant et tellement plein d'amour. A lire donc !

Retrouvez aussi les avis de Stéphanie, Emeraude, Florinette.
(Si je vous ai oublié, n'hésitez pas à me le signaler !)

Je vous laisse avec Fosca...
« "Ma vertu, c'est les hommes. Mon rythme, c'est eux. Leur douceur. Il faut juste leur en laisser la possibilité, tu sais, le droit de l'être. C'est si dur de devenir un homme : c'est pour ça qu'il leur faut cacher cette douceur. Un homme doux transporte avec lui l'enfant qu'il a été et le vieillard qu'il sera, sa violence et la fierté de savoir y renoncer. Il est plus doux qu'un père et une mère, plus doux qu'une gorgée d'eau pour qui meurt de soif. Un homme doux, c'est toute la douceur du monde, c'est la salive sur un genou écorché, et la dernière rose en décembre, et la truffe de ton chien qui te fouille le visage à ton premier chagrin."
Encore un silence. Encore un soupir.
"Ce qui fait la force d'un homme, c'est sa douceur."
»

19 commentaires:

Stéphanie a dit…

aaaahhh je suis ravie, RAVIE :)
Et n'oublie pas que c'est Olivier qui le premier nous a conseillé ce livre ;)

Karine a dit…

Génial de voir un avis positif! Stéphanie vient justement de me l'offrir!

Gachucha a dit…

Il est dans la PAL du "pied du lit", alors là je n'ai plus aucune excuse; il faut m'y mettre ,-)

bladelor a dit…

Bon, et bien je crois que c'était une très mauvaise idée de me mettre à fréquenter ton blog... Premier titre que je note de la journée ! ;-)

Emeraude a dit…

je n'ai qu'une chose à dire : je suis tout à fait d'accord :-)

Gambadou a dit…

l'extrait est superbe, comment ne pas noter après une telle critique ?

Anne a dit…

Je sais, je sais qu'il est à lire celui-là! Il est sur ma LAL depuis un bout de temps; je n'ai pas encore réussi à le trouver en bouquinerie...

Tamara a dit…

Je pense le lire un jour celui-là... Tu m'as bien tentée hier !

Caro[line] a dit…

@ Stéphanie : C'est vrai, il faut rendre hommage à Olivier pour cette belle découverte !

@ Karine : Tiens donc, ça ne me surprend pas de la part de Stéphanie de t'avoir offert ce livre ! ;-) Tu vas voir, tu vas adorer, j'en suis sure !

@ Gachucha : Zou ! Vite ! Au lit avec La douceur des hommes ! J'attends ton billet avec impatience !

@ Bladelor : Meuh non ce n'est pas une mauvaise idée de venir chez moi ! Essaie d'être forte et de résister à la tentation ! (En même temps, moi, j'en suis incapable donc bon... je comprends !)

Caro[line] a dit…

@ Emeraude : :-)))

@ Gambadou : J'adore moi aussi cet extrait, je le trouve très représentatif du roman et de son histoire. A noter sans modération ! ;-)

@ Anne : Alors qu'attends-tu si il est sur ta LAL depuis longtemps ? ;-) Si tu veux que je te le prête, tu n'as qu'à me le demander. :-)

@ Tamara : Et puis il est court, donc il se lit vite ! Tu ne l'as pas déjà dans ta vertigineuse PAL ? ;-)

Cécile Qd9 a dit…

encore une victime de la douceur des hommes, mon livre préféré en 2007. Petite précision : Simonetta Greggio écrit en français.

Caro[line] a dit…

@ Cécile : C'est vrai que j'ai oublié de préciser ce détail dans mon billet. Merci !

Fafa a dit…

et Jean d'Ormesson aussi d'ailleurs...

ayèèèè je l'ai ! Caro merci pour l'info c'est EXACTEMENT le livre que je cherchais (tu vois que tu sais même quand tu penses que tu sais pas tu sais quand même...;))

bises

Caro[line] a dit…

@ Fafa : Ce serait mieux quand même si je savais dans tous les cas sans attendre de ne pas savoir ! (Hum... !)

Caroline a dit…

Je le note! Il part immediatement rejoindre ma PAL.

Caro[line] a dit…

@ Caroline : Je viens d'aller voir ta PAL... elle est toute petite !!! ;-) En tout cas, La douceur des hommes est un très bon choix, tu vas te régaler !

joséphine a dit…

Je viens de découvrir ton blog, et ce commentaire. J'ai adoré le livre, avais écrit un post à l'époque..
Ravie d'avoir fait ta connaissance !

Caro[line] a dit…

@ Joséphine : Sois la bienvenue par ici ! :-)

Anjelica a dit…

Encore un livre lu en 2007 que j'avais bien aimé !