15 février 2008

Judas - Tassia Trifiatis

Leméac Editeur (2007) (135 pages)

Tous les 15 du mois, découvrez le premier roman d'un auteur québécois !






Neffeli - la narratrice - a 3 hommes dans sa vie : son Père, « le placier de [sa] vie », Haïthem, « [son] fiancé qu['elle a] l'intention de quitter » et Yehouda, le garçon juif, le pieux... son amant. Une rencontre amoureuse entre deux êtres qu'une religion sépare, voilà ce que nous raconte Tassia Trifiatis dans son premier roman, Judas.

Neffeli et Yehouda se rencontrent à l'hôpital, suite à l'avortement de cette dernière. Yehouda va vite prendre la place de cet enfant perdu... Voilà surement une des choses qui m'a déplu dans ce roman : la base de cette histoire d'amour, ce jeune homme que la narratrice appelera souvent son enfant, qui en devient un substitut... alors que si peu d'années les séparent et qu'ils s'aiment.

Et l'amour n'est pas le plus fort face à la ferveur religieuse de Yehouda. Alors qu'on pourrait croire que le fiancé de Neffeli est L'obstacle à leur histoire, hé ben non, c'est la ferveur religieuse de Yehouda qui va être une entrave...

J'avoue que tous ces éléments ne m'ont guère fait accrocher à l'histoire. De plus, je n'ai pas été, non plus, emballée par l'écriture de Tassia Trifiatis. Elle est pleine de métaphores... un peu trop, à mon goût. Pendant un paragraphe, elle va faire des métaphores sur un même thème. Je les ai parfois trouvées maladroites, mais j'ai surtout trouvé qu'il y en avait trop. Et puis la narratrice n'était pas tout le temps clair et j'avoue que cela m'a quelques fois perturbé...

En conclusion, mon avis reste très mitigé sur ce roman, n'ayant été emballée ni par l'histoire, ni par l'écriture de Tassia Trifiatis...

Retrouvez les avis des autres chroniqueurs de la Recrue du mois, ainsi que des articles de journalistes sur le blog de la Recrue ! Ou alors, vous pouvez aussi aller directement sur leur blog : Catherine, Danaée, Eric, Jules, Lucie et Venise (je mettrai les liens au fur et à mesure de la publication des billets). (Et une grosse pensée pour Carole !)

12 commentaires:

Emeraude a dit…

c'est moi ou ce n'est pas ta première déception face aux romans de la Recrue ?

amanda a dit…

je n'y connais rien, aux auteurs quebequois...

Caro[line] a dit…

@ Emeraude : Non, ce n'est pas la 1ère déception. Pour le moment, mon bilan personnel de la Recrue est assez mitigé. J'ai beaucoup aimé Les carnets de Douglas de Christine Eddie. Je n'ai pas été emballée par l'histoire du roman de Stéphane Achille, mais je suis curieuse de découvrir son prochain roman. Je n'avais vraiment pas aimé Dawson Kid. Et donc le dernier en date qui est bof-bof.
Mais c'est un risque à prendre quand on décide de lire les 1ers romans d'auteurs. Et ça ne m'empêche pas de vouloir continuer à en découvrir d'autres ! :-)

Caro[line] a dit…

@ Amanda : Moi non plus, je n'y connais pas grand chose. Ma participation à la Recrue me permet de découvrir de nouveaux auteurs québécois et les maisons d'édition québécoises. Pour ce qui est des classiques, j'en ai rapporté quelques-uns de mes vacances au Québec... mais que je n'ai toujours pas lu ! C'est au programme et ça te permettra donc d'en découvrir aussi quelques-uns. Sinon il ne faut pas hésiter à aller flâner à la librairie du Québec (rue Gay-Lussac, près du jardin du Luxembourg). C'est là où je vais commander les livres pour la Recrue !

Stéphanie a dit…

dommage, suis curieuse de lire les autres avis en tous cas

Caro[line] a dit…

@ Stéphanie : Moi aussi ! Celui de Catherine est déjà disponible sur Biblioblog (le lien est dans mon billet). Et j'attends avec impatience que les autres chroniqueurs québécois se réveillent. :-)

goelen a dit…

je ne suis pas très tentée par celui-là. IL m'a l'air bien confus ce bouquin avec des idées étranges...

Karine a dit…

Je n'ai pas fait la lecture commune avec vous parce que j'étais peu emballée par le roman et le thème... mais à première vue, je crois que je n'aurais pas vraiment aimé. J'ai bien hâte de voir ce que les autres en ont pensé. Et... même au QUébec, je ne suis pas vraiment top en littérature québécoise!!!

Fafa a dit…

oui enfin en même temps voilà le sujet...:( si en plus il est soutenu par une écriture tarabiscotée...pas évident

bizz

Anne a dit…

Pour l'instant j'ai aimé les auteurs québècois que j'ai lu...celui-là je vais m'abstenir.

Gaël a dit…

Le sujet ne me donne pas plus envie que ça. Je vais éviter, donc.

Caro[line] a dit…

@ Goelen : En effet, c'est parfois confus... entre le style de l'auteur et cette façon de vivre son avortement et son histoire d'amour... bof !

@ Karine : Dans tes bonnes résolutions, tu n'avais pas mis : lire plus d'auteurs québécois ? Je ne me souviens plus... Moi, il faudrait que je me fasse un challenge : chaque mois, lire un des romans québécois que j'ai rapportés de mes vacances. Je vais essayer d'y penser... :-)

@ Fafa : Ouais... rien ne m'a emballé : ni le sujet, ni l'écriture. Donc difficile...

@ Anne & Gaël : Ok ! :-)