29 juin 2007

A Garonne - Philippe Delerm


4ème de couverture

Dans le livre peut-être le plus personnel qu'il ait jamais écrit, Philippe Delerm retourne pour la première fois sur son enfance, et trace le portrait tendre et nostalgique des lieux et personnages qui l'ont vu grandir chaque été. L'auteur nous ouvre les portes de la Mascagne, la maison de ses racines, qui fut celle de ses grands-parents puis de ses parents. Aujourd'hui, ils s'y retrouvent en vacances, toutes générations confondues.


Les livres de Delerm sont comme une petite douceur dans ce monde de brutes.

J'ai lu ce livre dans les transports en commun parisiens alors que j'étais très fatiguée (une succession de courtes nuits !). A chaque commencement de lecture, il me fallait un petit temps (quelques minutes) avant de pouvoir entrer dans le livre... et puis la magie opérait, je me sentais mieux, je ralentissais mon rythme de lecture pour mieux savourer ces instants de la vie que nous décrit Philippe Delerm. Car il a le don pour nous parler de ces petits riens qui font la vie. Qui ont fait sa vie d'enfant, dans cette maison familiale. Les jeux d'enfants avec ses copains ou avec ses cousins. Ses grands-parents. Les repas familiaux. Mais aussi la pêche, les travaux, le moment de sa toilette, etc. Puis l'enfant grandit et l'adulte nous livre d'autres moments et événements liés à cette maison. C'est simple et en même temps, l'écriture est précise et travaillée pour saisir parfaitement ces petits instants et nous les décrire avec talent pour qu'on les visualise juste en fermant les yeux.

Retrouvez l'avis de Clarabel qui m'a donné envie de me plonger dans cette lecture.
(Merci Clarabel !)

Retrouvez aussi l'avis d'Eric.


Extraits

« Une eau peu profonde mais régulière y stagnait sous de minuscules lentilles d'un beau vert pâle. C'est là que vivaient les têtards. Nous les capturions à la main : leur vivacité, queue déployée en gouvernail derrière leur corps ovoïde, mais surtout la viscosité glissante de leur être informulé rendait l'opération intéressante. » (p.42)

A propos des pêcheurs :
« Ils pêchent ce que la vie ne donne jamais par ailleurs sans risque de jugements moraux péjoratifs ou insultants : une absolue bulle de temps où le code n'exige rien (...) Des cannes, une épuisette, de l'appât, du blé, des vers, une sacoche, une bourriche : beaucoup d'alibis pour quelques heures de rêvasserie tamisées dans l'ombre chaude. Mais tout cet attirail n'est encombrant qu'en apparence. C'est lui qui justifie la béatitude de l'instant pur. (...) [Le pêcheur] aura l'hypocrite politesse de faire semblant d'attendre quelque chose - les hommes supportent mal les hommes qui n'attendent rien. » (p.50)


A propos de l'auteur

Philippe Delerm, né en 1950, voue son écriture à la restitution d'instants fugitifs, à l'intensité des sensations d'enfance. On lui doit notamment La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (1997). (Source : 4ème de couverture)


Photo Couverture : Amazon.fr

6 commentaires:

Aelys a dit…

Je l'avais en main lors de mon dernier passage en librairie... Votre critique me fait regretter de l'avoir reposé...
Votre blog est très agréable, je vais lui rendre visite souvent à partir de ce soir !

Stéphanie a dit…

je viens de reposer un autre livre de Philippe Delerm mais tu m'as tout de même donné envie de lire également celui-ci
Pour un peu plus tard ! :)

Caro[line] a dit…

@ Aelys :
La prochaine fois, n'hésitez pas, offrez-vous A Garonne !
Merci et à très bientôt, j'espère !

@ Stéphanie :
Oui, j'ai vu que tu venais de lire La sieste assassinée. Que je n'ai pas lu.

Avant de m'attaquer à A Garonne, j'ai lu La première gorgée de bière... et Paris l'instant de Philippe Delerm. Deux livres que j'ai énormément aimés et que je recommande vivement. D'ailleurs, j'aime les offrir !

Clarabel a dit…

"A Garonne" est une lecture idéale pour les vacances, pour l'été etc. C'est extraordinaire l'effet reposant qu'il procure ! :p

Caro[line] a dit…

@ Clarabel : En effet, ce livre a un effet très reposant. :-)
Je le recommande aussi aux Parisiens prenant les transports en commun tous les jours car c'est vraiment un bon moyen de s'en échapper !!!

ibdougie a dit…

Salut,
Je fais partie d'un cercle de lecture qui vient de lire ce livre. Je l'ai beaucoup apprecié - j'ai fait un peu pareil, ne lisant qu'un petit extrait tous les jours, ce qui m'a permis de m'échapper des soucis quotidiens en faveur de vacances dans le midi. En plus, c'est en googlant le titre que je suis tombé sur ce blogue, un bonus!