01 septembre 2007

La physique des catastrophes - Marisha Pessl

Ce livre fait partie des livres reçus dans le cadre de la sélection adhérents de la Rentrée Littéraire Fnac 2007.

J’avais commencé mes devoirs de lecture pour la Fnac avec Villa des hommes de Denis Guedj. Après avoir abandonné sa lecture en cours de route, je me suis mise à la lecture de La physique des catastrophes, le premier roman de l’auteur américain, Marisha Pessl.



Ce pavé de plus de 600 pages raconte l’histoire de Bleue van Meer, une adolescente américaine de 16 ans, qui se balade dans tous les Etats-Unis avec son père, Gareth, depuis la mort de sa mère. Pour sa dernière année de lycée, son père a décidé de rester une année entière dans la même ville, Stockton, en Caroline du Nord. C’est cette année-là qu’elle nous raconte.

Je dois avouer que jusqu’à la 398ème page, je me suis presque embêtée… et puis à partir de cette page, où un événement majeur se passe (ne lisez pas le 4ème de couverture si vous voulez la surprise !) et tout bascule, tout s’emballe et tout se dénoue (avec force de révélations !) en environ 200 pages. Mais avant, il a fallu y arriver et j’ai peiné. Et puis la fin, bien que bien remplie, ne m’a pas emballé… Je n’ai pas eu toutes les réponses à mes interrogations. Je pense que cela plaira à certains, mais moi, je n’aime pas ce genre de fin.

Malgré cela, je pense que ce livre mérite sa place dans la sélection Fnac (à l’heure où j’écris ces lignes, je ne connais pas encore la sélection finale) car le style de Marisha Pessl est original ! Le récit de la narratrice est truffé de références (peut-être un peu trop, malgré tout…), que ce soit à des films américains, à de la littérature, à des personnalités connues, à des théories, etc. Et puis la narratrice fait plein de comparaisons originales et drôles ! J’avoue avoir souri plusieurs fois à la lecture de certaines. Il y a un style Marisha Pessl et c’est pourquoi elle mérite d’être découverte.

Je pense que ce livre va faire parler de lui en France car il apporte de la nouveauté avec le style original de Marisha Pessl !


La 1ère phrase

« Papa disait toujours qu’il faut une sublime excuse pour écrire l’histoire de sa vie avec l’espoir d’être lu. »


A propos de l’auteur

Agée de vingt-sept ans, Marisha Pessl a grandi à Asheville, en Caroline du Nord. Elle est diplômée de l’université Columbia et vit maintenant à New-York. La physique des catastrophes est son premier roman. Il a été sélectionné par le New York Times Book Review parmi les cinq meilleurs romans de l’année 2006 et a reçu de nombreux prix littéraires.
(Source : 4ème de couverture)


Photo Couverture
: Amazon.fr

11 commentaires:

Cuné a dit…

Bonjour Caroline !

Reçu comme toi pour le prix Fnac, j'ai été emballée par ce roman. Dis-moi, si tu veux, par mail (cunegonde19 at hotmail.com) ce qui te semble toujours obscur à la fin, parce qu'il me semble que toutes mes questions avaient trouvé leur réponse.. Si je peux t'aider ! o-D

Fafa a dit…

L'option pavé chiant pendant 400 pages m'emballe assez peu, j'avoue.

BizZ

Caro[line] a dit…

@ Cuné :
Une petite souris (ou un petit chien noir ?) m'avait dit que tu avais adoré ce roman. :-)
Tu sais quoi ? J'ai honte... car en fait, je ne me souviens pas de mes questions restées sans réponse... J'aurais dû les noter au moment où j'ai écrit mon billet ! (J'ai trop honte !)

@ Fafa :
Et puis ce n'est pas un auteur français, donc je n'insisterai pas. :-)

Emeraude a dit…

Tu ne me donnes peut-être pas spécialement envie de lire ce livre mais alors cette première phrase retient toute mon attention !!! :-)

Caro[line] a dit…

@ Emeraude :
Alors laisse-toi tenter ! Car moi, je n'ai pas accroché à l'histoire mais le style est original. Je pourrais même te le prêter à mon retour de vacances, si tu peux patienter jusque-là. :-)

Isabelle a dit…

Même en ne lisant pas la quatrième de couverture, on est d'emblée au courant de ce qui va se passer. En effet, relisez la première ligne de la première page de la première partie :) (Càd à la page 21).

Caro[line] a dit…

Isabelle :
En effet, j'ai realise cela apres avoir ecrit mon billet ! :-)
En fait, je m'attendais donc a voir cet evenement arrive assez vite puisqu'il est evoque des le debut du roman... et c'est peut-etre pour cela que cela m'a paru long jusqu'a ce moment precis !

Sinou36 a dit…

...pas aussi téméraire, je n'ai pas réussi à franchir le cap de la 100aine de pages! Grosse déception, car j'ai aimé le style, qui sort de l'ordinaire... et puis j'avais lu des critiques élogieuses de ce roman... peut-être trop finalement, je pensais recevoir une claque en lisant ce roman... tant pis.
(il faut dire que c'est en lisant ce livre que j'ai découvert ce blog, et que j'ai commencé à lire Le potentiel érotique... difficile de rivaliser!)

Caro[line] a dit…

@ Sinou36 : Si je n'avais pas du lire ce roman dans le cadre d'un jury littéraire, je pense que je ne serais pas aller jusqu'au bout. Là, j'avoue m'être forcée dans le cadre du jury. Tout comme toi, j'ai trouvé que le style sortait de l'ordinaire mais j'ai trouvé l'histoire trop longue à vraiment démarrer...

Lucile a dit…

Hum, je l'ai demandé avec insistance à ma môman pour Noël suite aux très bonnes critiques que j'en avais entendues mais ton billet me met le doute... Je reviendrai te dire ça quand je l'aurai lu!

Caro[line] a dit…

@ Lucile : Il y a eu pas mal de bonnes critiques car le style est vraiment original. Mais que c'est long à démarrer...
Eventuellement (quand on me l'aura rendu (Bertrand, si tu passes par là...!)), je pourrai te le prêter.