25 mai 2008

Le cri de la mouette - Emmanuelle Laborit

Robert Laffont (1994)
Pocket




« Les mots sont une bizarrerie pour moi depuis mon enfance. Je dis bizarrerie, pour ce qu'il y eut d'abord d'étrange.

Que voulaient dire ces mimiques des gens autour de moi, leur bouche en cercle, ou étirée en grimaces différentes, leurs lèvres en curieuses positions ? Je « sentais » quelque chose de différent lorsqu'il s'agissait de la colère, de la tristesse ou du contentement, mais le mur invisible qui me séparait des sons correspondant à ces mimiques était à la fois vitre transparente et béton. (...)

Les concepts les plus simples étaient encore plus mystérieux. Hier, demain, aujourd'hui. Mon cerveau fonctionnait au présent. Que voulaient dire le passé et l'avenir ?

Lorsque j'ai compris, à l'aide des signes, qu'hier était derrière moi, et demain devant moi, j'ai fait un bon fantastique. Un progrès immense, que les entendants ont du mal à imaginer, habitués qu'ils sont à comprendre depuis le berceau les mots et les concepts répétés inlassablement, sans même qu'ils s'en rendent compte.

Puis j'ai compris que d'autres mots désignaient des personnes. Emmanuelle, c'était moi. Papa, c'était lui. Maman, c'était elle. Marie était ma soeur. J'étais Emmanuelle, j'existais, j'avais une définition donc une existence.

Être quelqu'un, comprendre que l'on est vivant. A partir de là, j'ai pu dire « JE ». Avant, je disais « ELLE » en parlant de moi. Je cherchais où j'étais dans ce monde, qui j'étais, et pourquoi. Et je me suis trouvée. Je m'appelle Emmanuelle Laborit. (...)

J'avais sept ans. Je venais à la fois de naître et de grandir, d'un coup.

(...)

Ce livre est un cadeau de la vie. Il va me permettre de dire ce que j'ai toujours tu, aux sourds comme aux entendants. C'est un message, un engagement dans le combat concernant la langue des signes, qui sépare beaucoup de gens. J'y utilise la langue des entendants, ma deuxième langue, pour dire ma certitude absolue que la langue des signes est notre première langue, la nôtre, celle qui nous permet d'être des êtres humains « communicants ». Pour dire, aussi, que rien ne doit être refusé aux sourds, que tous les langages peuvent être utilisés, sans ghetto ni ostracisme, afin d'accéder à la VIE.
»

- Être sourd ne signifie pas être muet au sens physique du terme.
- Jusqu'en 1991, la langue des signes n'était pas enseignée, ni utilisée pour l'enseignement des sourds en France.
- La langue des signes est une langue, comme l'est le français. Les sourds de France sont donc bilingues : il signent et il utilise le français comme 2ème langue.
- Les sourds et les entendants ne communiquent pas de la même façon, mais notre monde est adapté aux entendants. Pas (trop) pour les sourds.
- ...

A cause de toutes ces choses - et plein d'autres - que je ne savais pas ou dont je ne me rendais pas compte en tant qu'entendante, je dis merci à Laëtitia de m'avoir prêté le livre-témoignage d'Emmanuelle Laborit qui avec toute sa franchise, toute sa sincérité et toute son émotion, nous raconte son expérience, nous explique comment cela s'est passé pour elle et comment cela se passe pour d'autres sourds, ceux qui n'ont pas eu la même chance qu'elle.

A lire absolument !

Merci Laëtitia !

14 commentaires:

Karine a dit…

J'ai lu ce livre presque quand il est sorti. J'étais en stage en déficience auditive et le débat bilinguisme français LSQ, versus oralisme pur, versus français signé + LPC battait son plein et avec le métier que je fais, je n'avais pas le choix d'être au courant. J'ai beaucoup aimé ce livre, qui raconte de l'intérieur, qui pose un point de vue à la fois différent, qui n'est pas que théorique. Je te seconde... à lire!! :)

Georges F. a dit…

15 ans déjà ! Cela fait 15 ans que je me dis que je dois absolument lire ce livre. Et votre billet me donne une belle piqûre de rappel : le passage que vous citez est remarquable.

meya a dit…

Certes, un beau livre, mais attention tout de même à ne pas généraliser !
Par exemple, être sourd ne veut pas forcément dire pratiquer la langue des signes... Karine dans les commentaires l'évoque d'ailleurs : il y a plusieurs langues des signes comme il y a plusieurs langues orales, mais il y a aussi des méthodes pour faciliter l'oralisation (comme le LPC, Langue française Parlée Complétée), etc.
De toute façon, chaque individu est différent dans ses capacités, dans ses handicaps, dans sa vie en somme ! Donc les expériences des uns ne sont pas forcément connues d'autres qui ont le même handicap, ou plus simplement un "point commun".

Caro[line] a dit…

@ Karine : Ce livre est sorti il y a maintenant 14 ans, et je ne sais pas comment ont évalué tous ces débats... J'aimerais bien avoir un point de vue plus récent. En tout cas, oui, c'est le regard de l'intérieur d'Emmanuelle Laborit qui est intéressant.

@ Georges F. : Je suis ravie de vous le rappeler. J'espère donc que vous allez vite remédier à cela !

Le passage que je cite est une grosse partie du 1er chapitre qui sert d'introduction. Je trouve qu'il met bien tout de suite les choses en place.

@ Meya : Merci d'apporter toutes ces précisions car je n'ai lu que ce livre, qui a quand même 14 ans, et comme je le disais à Karine, je ne sais pas comment les choses ont évolué depuis.

Je pense que vous avez tout à fait raison et que chaque individu est différent dans ses capacités et doit pouvoir utiliser les méthodes qui lui conviennent le mieux. En espérant qu'il puisse avoir le choix dès le départ...

chiffonnette a dit…

Je vais l'offrir à ma soeur, elle se passionne pour la langue des signes et elle espère travailler dans ce secteur! Ca a l'air d'êtr eun très beau témoignage!

BELLESAHI a dit…

Je l'ai lu il y a quelques années et il m'avait touché.

Appollonia a dit…

Je l'ai lu à sa sortie, mais tu me donnes envie de le relire, ce petit passage "me parle"...

Caro[line] a dit…

@ Chiffonnette : Oui, c'est un beau témoignage, mais surtout très intéressant. Juste noter qu'il a quand même déjà 14 ans. Les choses ont peut-être évolué depuis... mais il permet quand même de se rendre compte de pas mal de choses. Surtout si on s'intéresse à la LSF.

@ BelleSahi : Je comprends !

@ Appollonia : Ce passage est assez parlant, je trouve. Je suis ravie de t'avoir donné envie de le relire en tout cas !

Odilette a dit…

merci pour cette belle critique
je l'ai aussi lu à sa sortie, et il est pour moi inoubliable
je vais le ressortir

Caro[line] a dit…

@ Odilette : Je suis ravie de te donner envie de ressortir ce livre. :-)

Anonyme a dit…

mon g pas du tout aimer ce livre c trop de la merde

Caro[line] a dit…

@ Anonyme : Merci pour ce commentaire très personnel et très constructif ! ;-)

Now-noz a dit…

Bonjour
Moi je n'est de 14 ans , j'ai lu se livre recent et je doit dire qu'il est tout simlement genial. J'ai beaucoup aimé , je trouve que l'on recent bien les sentiments ect ... d'emmanuelle et je trouve son histoire vraiment passionante. L'evolution de sa vie ect ..

Anonyme a dit…

super cooooooooool , jamais un livre qui m'a plus aussi pareil genaial bravo!!emanuelle