11 mars 2007

Le potentiel érotique de ma femme - David Foenkinos

Serait-ce, aujourd'hui, le plus beau jour de ma vie de lectrice ?

Avant de vous parler du Potentiel érotique de ma femme, il faut absolument que je vous raconte ce qui m'est arrivé ce matin !!!

Alors que je jetai un coup d'oeil à mes mails avant de commencer à écrire mon message sur ce roman (que je viens de lire (quasiment d'une traite) en ce dimanche matin) (je m'essaie au style "parenthèsiques" de Jaenada !), mon oeil s'est précipité sur mon écran et il est resté scotché devant ça :



Ma première réaction : "C'est une blague !".
Et puis j'ai ouvert ce message et voilà mon coeur de lectrice qui s'est mis à battre comme un fou quand je découvre que David, ce cher David, a pris quelques minutes, ce matin - un dimanche matin ! - pour :
- lire le commentaire que j'avais laissé sur son blog
(vous savez, le blog qu'il tient sur le site Internet de Livres Hebdo)
(http://www.livreshebdo.fr/weblog/webLogComments.aspx?idTxt=92&id=18 => c'est le dernier commentaire, tout à la fin)
- aller faire un tour sur mon blog (argh ! je deviens hystérique !)
- et m'envoyer un gentil petit message ! (là, je meurs...)
(et vous n'en saurez pas plus sur ce gentil message, cela reste entre David et moi)
LE BON-HEUR !!!
(Oui, je sais, on dirait une groupie... hé ben, sachez, que je l'assume très bien. :o) )

Alors, oui, je peux dire que ce jour est un des plus beaux jours de ma vie de lectrice. Je reviens un peu sur ma toute première phrase où je parlais DU plus beau jour de ma vie car il y en a eu d'autres avant.

Il y a d'abord eu le Salon du Livre du Figaro (fin 2005, à l'Hôtel de Ville de Paris) où j'ai pu parler avec Ted Stanger (un américain, journaliste et écrivain, qui vit en France) et Marc Lévy, et où j'ai aperçu Yasmina Khadra (à cette époque, je n'avais pas encore lu L'attentat), Bernard Werber, PPDA et son frère, Pierre Bellemare, etc. Mais surtout ce salon fut le théâtre de ma première rencontre avec David Foenkinos. En entrant dans un des salons (remarquables salons de l'Hôtel de Ville de Paris, de vraies merveilles !), j'ai vu qu'il y avait un stand pour un certain David Foenkinos... Tiens, ce nom-là me disait quelque chose... Et en effet, j'avais lu un de ses romans, Le potentiel érotique de ma femme (justement), que j'avais beaucoup aimé. Je trouvais son style original, ça changeait de ce que j'avais l'habitude de lire. Donc une fois qu'il a été à son stand, nous (j'étais avec ma mère) sommes allées le voir. On a échangé quelques mots (qu'est-ce qu'on doit être ridicule dans ces moments-là...) puis je suis repartie avec mon exemplaire dédicacé de son 4ème roman, En cas de bonheur. C'est suite à cette première rencontre que je lui ai décerné le titre d'auteur chouchou (je suis désolée, mais je n'arrive toujours pas à trouver une autre façon de le dire !) Je venais de rencontrer quelqu'un que j'admirais parce qu'il écrivait bien, et je réalisais que c'était quelqu'un - un humain (cela peut vous paraître ridicule mais voilà, jusqu'à présent, David Foenkinos (comme tous les autres écrivains que j'ai pu lire) n'était qu'un nom imprimé sur des couvertures de livres) - simple et sympa.

Et puis il y a eu cette autre fois : la 59ème Journée Dédicaces de Sciences-Po (dont je vous ai déjà parlé ici) où je me suis rendue avec Pauline en fin d'année dernière. Cette fois, je savais que David Foenkinos serait présent et j'avais apporté ma version brochée (enfin celle de Stéphane) et ma version poche du Potentiel érotique de ma femme pour qu'il me les dédicace. Encore une rencontre sympathique où il m'a fait croire qu'il se souvenait de moi (j'ai toujours un doute...) et où je n'ai rien raconté d'intéressant (c'est terrible d'être sans savoir quoi dire devant quelqu'un qu'on aime bien) ! Lors de cette journée, nous avons aussi rencontré Tania de Montaigne, Florian Zeller et Tonino Benacquista.

J'aime bien ces salons où on peut rencontrer des écrivains. Surtout ceux qu'on lit. Comme je le disais pour David Foenkinos, cela permet de se rendre compte qu'ils ne sont pas simplement un nom sur une couverture, mais des humains ! En plus, il y a des rencontres qui se passent très bien comme avec David, Tania de Montaigne, Ted Stanger et Marc Lévy (qui malgré la longue file d'admiratrices prenait le temps - quelques minutes - pour discuter avec chacune), qui rendent cette "humanisation de l'écrivain" encore plus sympa et qui laisse un très bon souvenir.

Voilà donc une nouvelle page de mon histoire avec David Foenkinos - avec ce mail du dimanche matin - qui s'écrit ! ;o)

Sur ce, je suis quand même là pour parler du Potentiel érotique de ma femme, le 3ème roman de David Foenkinos, que je viens de lire une deuxième fois. Cela m'arrive rarement de lire plusieurs fois un même roman. Etant donné que j'ai une bonne capacité d'oubli des intrigues (j'essaie de voir cela comme un avantage...), je n'ai eu aucun problème à accrocher une nouvelle fois à l'histoire d'Hector, ce collectionneur fou, « un don Juan de la chose ».


Hector est un collectionneur. Il a « collectionné les timbres, les diplômes, les peintures de bateaux à quai, les tickets de métro, les premières pages des livres, les touilleurs et piques apéritif en plastique, les bouchons, les moments avec toi, les dictons croates, les jouets Kinder, les serviettes en papier, les fèves, les pellicules photo, les souvenirs, les pieds de lapin, les registres de naissance, les coquillages de l'océan Indien, les bruits à cinq heures du matin, les étiquettes de fromage, bref il [a] tout collectionné. » Puis un jour, il perd en demi-finale d'un concours de collectionneurs, dans la catégorie badges, face à un Suédois qui n'était pas blond. Et là, c'est le drame... Hector fait une tentative de suicide. Heureusement, pour nous lecteurs, il échoue et retourne à sa vie, mais décide d'abandonner les collections. Alors qu'il se croit complètement guéri, il rencontre Brigitte et c'est le coup de foudre !

Je m'arrête là pour vous laisser le plaisir de découvrir la suite des aventures - plutôt loufoques - d'Hector. Je ne pourrais pas, comme pour Philippe Jaenada, vous décrire le style Foenkinos simplement, je n'arrive (pas encore ?) à trouver les mots justes. Je pense que c'est un tout. Son écriture est pleine d'humour, ses histoires ont un grain de folie qui me font toujours passer un bon moment.

Je vous en livre maintenant quelques extraits que j'ai notés au fil de ma lecture...

« ils étaient fiers d'avoir un fils heureux et gentil. Ils se sentaient aussi bien qu'avec un appareil électroménager humiliant la date limite de garantie en prenant des poses d'éternel viager. Aux yeux de ses parents, Hector était une marque allemande. »

« Comme il avait pour habitude de compter les moutons pour s'endormir, il fut bien embêté. Pour arranger la chose, le mouton fut suivi d'un cheval, puis le cheval d'un hippocampe, puis l'hippocampe d'un écureuil roux, puis comme notre but n'est pas d'endormir le lecteur, nous arrêtons ici cette énumération qui dura une bonne partie de la nuit. Pour la petite histoire, c'est le passage de la loutre qui l'acheva. »




Mise à jour du 02/01/2008 : Retrouvez les avis d'Amanda, Anne, Chiffonnette, Emeraude, Gambadou, Hydromiel, Laurence, Louis, Magda, Praline, Stéphanie, Sylire, Tamara, Valdebaz.

12 commentaires:

florinette a dit…

Je comprends ton enthousiasme, c'est toujours un plaisir de recevoir un mail de son auteur préféré !!! Je ne savais pas que David Foenkinos avait un blog, merci pour le lien.

J'attends avec impatience le Salon du Livre, hélas je ne pourrais pas aller à celui de Paris, tant pis j'irais à celui de Bordeaux, même s'il est plus petit, on y fait de belles rencontres ! ;-)

Caro[line] a dit…

To Florinette :

Je ne sais pas encore si je vais aller au Salon du Livre de Paris car je suis en vacances du 23 au 26 mars. Mais peut-être que je ferai la nocturne du mardi 27 !

florinette a dit…

Il me semble, si je ne me suis pas trompée en lisant l'enquête sur le blog d'Hilde, que c'est ton anniversaire aujourd'hui, alors Bon anniversaire Caro[line] !
Bisous

Caro[line] a dit…

To Florinette :
En effet, tu ne te trompes pas.
Merci beaucoup ! :o)

Carine a dit…

Bon, c'est à mon tour de m'essayer à lire du David Foenkinos. J'ai plutôt bien aimé mais je n'ai pas été transcendée comme toi :)

J'ai aimé sa façon d'écrire avec des illustrations très imagées mais j'ai trouvé l'histoire un peu dénuée d'intérêt.

Mais bon, ça se laisse très bien lire et on passe un agréable moment à parcourir les pages...

Caro[line] a dit…

@ Carine : Je suis ravie de savoir que tu as lu ce roman et de voir que tu as passé un agréable moment.
J'aime beaucoup l'expression "avoir été transcendée" quand tu parles de David et moi. :o)
Ma maman vient de lire et j'espère qu'elle viendra nous dire ce qu'elle en a pensé ici, car elle m'a avoué avoir bien ri avec l'histoire du lavage de fenêtre !

Praline a dit…

Explique moi ! Interpelée par le nom récurrent d'un certain David F. j'ai ouvert le potentiel érotique de ma femme. Premier constat : le titre est génial ! Deuxième constat : le livre ne m'a pas paru à la hauteur du titre... J'suis déçue. Peut être avais lu trop d'éloges ?

Caro[line] a dit…

@ Praline :
J'ai peur que trop d'éloges ne soient néfastes... tu as raison !
Peut-être devrais-je me contenter de dire : "Lisez David Foenkinos !" sans en dire plus. :-)
D'un autre côté, je peux comprendre qu'on n'aime pas. Il y a un côté un peu loufoque qui peut rebuter... mais j'aime beaucoup l'écriture, le style de David Foenkinos. :-)

Sinou36 a dit…

Bon, je ne sais pas si je dois dire merci ou le contraire... je commence à devenir accro à votre blog et ses divers liens. J'ai adoré Le potentiel érotique... je suis en train de lire Qui se souvient... (je viens d'arriver au passage où il parle de Caroline "Il ne faut jamais parler trop vite des Caroline"... ça m'a interpellé!
Bref, je viens de noter sur mon carnet de livres à lire le livre de Nicolas Cauchy (La véritable...) et celui de Blandine le Callet...
Donc, merci pour ces idées de lectures, mais STOP: je n'ai pas le temps de tout lire! il faut arrêter de mettre des commentaires élogieux, parce que ma liste de livres à lire étaient déjà difficile à écouler, que dire maintenant!?!
Non, je plaisante, c'est super!

Caro[line] a dit…

@ Sinou36 : Merci beaucoup ! Je comprends tout à fait ton problème : moi aussi, j'ai une PAL et une LAL si longues... et pas assez de temps pour les écluser ! Mais bon, en même temps, je suis RAVIE de te donner autant d'envie de lectures. :-) (Et puis ça veut aussi dire que je lis quand même pas mal de livres qui me plaisent, c'est plutôt positif !)
J'espère que tu reviendras me dire ce que tu as pensé du dernier Foenkinos et du livre de Nicolas Cauchy. :-)

Lucile a dit…

Ca y est, j'ai publié mon billet! Merci beaucoup pour le prêt, m'dame! J'ai beaucoup aimé, j'adore cet humour... Ca t'étonne, n'est-ce pas? ;-) En tous cas, je t'en emprunterais sûrement d'autres! (tu as vu j'essaie de soigner ma collectionnite à moi, qui consiste à acheter tous les livres que je lis... ^_^ )

Séverine a dit…

Un roman que j'ai beaucoup apprécié de part son humour et son style léger et agréable.
Un régal.